Conseil en communication interculturelle

Térence MacNamee est conseiller linguistique et conseiller en communication interculturelle.  Linguiste de formation, il s’occupe depuis presque trente ans des cultures et de la communication interculturelle. Dans son parcours professionnel il a vécu toute une gamme de cultures : né en Irlande, il a étudié et travaillé au Canada pendant vingt ans, et depuis dix ans maintenant il habite en Suisse. Il connaît donc les cultures européennes et nord-américaines; en même temps, il a rencontré les cultures de l’Asie et de l’Amérique latine. Il est l’auteur de trois livres, et il est actif comme journaliste. Ses principales langues de travail sont le français, l’allemand et l’anglais.

Après avoir fait ses premières études à Dublin et ses études de doctorat à l’Université Simon Fraser à Vancouver, Térence MacNamee a travaillé dans le domaine de de la formation des gestionnaires auprès des gouvernements provincial et fédéral du Canada. De retour en Europe, il a travaillé dans l’industrie de haute technologie en Suisse alémanique, et auprès d’un institut de recherches à l’Université de Genève.

Votre entreprise a affaire à des partenaires dans plusieurs pays, “exotiques” ou pas ? La communication ne va pas toujours sans problème ? Térence MacNamee peut conseiller vos employés sur les enjeux de l’apprentissage des langues, y compris l’utilisation de l’anglais comme langue vèhiculaire. Il propose des séminaires de communication interculturelle. Il est également prêt à jouer le rôle de conseiller et de coach interculturel. S’il est question de cultures où il n’est pas expert (on ne peut pas connaître toutes les cultures, comme on ne parle pas toutes les langues !), il peut avoir recours à un réseau de personnes-ressources avec qui il travaille en équipe selon le besoin.

Térence MacNamee est l’auteur de Les vices de la parole (publié chez Adverbum 2009). Voir le sommaire de ce livre : http://www.adverbum.fr/les-vices-de-la-parole–editions-desiris_ouvrage-desiris_2phys0z2dfg1t74fa3tpofg4e4.html

Des cultures et des langues

Qu’est-ce que la culture?  Nous la définirons comme l’ensemble de faits qui caractérise une nation ou un peuple.  Ces faits son de trois types, à savoir :

1. des présuppositions sur la nature du monde et de la société ;
2. des normes et des règles de comportement en société ;
3. des artefacts, tels que la cuisine, la musique, l’architecture des villes, etc.

La définition de la culture vient des sciences sociales.  Cette définition n’a rien à faire avec la notion quotidienne de culture, qui désigne souvent les éléments les plus prestigieux de la catégorie 3 de notre définition : l’art, l’opéra, la littérature, etc.  Pour désigner ce que nous voulons dire par culture, la parole quotidienne évoque, d’une manière approximative, le « caractère national », le « tempérament » ou la « mentalité » de tel ou tel peuple.  Toutefois, ce « caractère national » présumé est souvent fait de stéréotypes peu différenciés : on dira par exemple que les Espagnols sont fiers ou les Allemands méthodiques, sans se soucier de la source ni de la vraie signification de ces notions.  En outre, notre définition de culture est beaucoup plus explicite que la notion traditionnelle de caractère national.La notion de culture s’applique à des nations ou des peuples, pas forcément à des états, bien que le système politique puisse avoir une influence sur la culture.  Hormis les nations ou peuples particuliers, on peut généraliser la description de cultures à des aires plus larges, comme « l’Europe » ou « l’Europe du nord » etc.

Les cultures ne sont pas tout à fait homogènes.  Dans chaque culture il y a des sous-cultures plus ou moins identifiables.  Les sous-cultures les plus importantes sont les classes sociales : on peut parler de sous-cultures bourgeoises et ouvrières dans la plupart des sociétés occidentales.  Il y a aussi des sous-cultures professionnelles et autres.  Il peut arriver que des sous-cultures équivalentes dans plusieurs cultures se ressemblent à certains égards.  Par exemple, les informaticiens ou les ingénieurs dans tous les pays ont quelque chose en commun.

Un linguiste en particulier se demandera quels sont les rapports entre langue et culture. Une langue, une culture ? Les limites des cultures sont souvent, mais pas toujours, des limites de langues.  Si les cultures peuvent s’influencer les unes les autres, et se modifier en conséquence, la langue constitue la plus grande barrière à ces influences.  Si les Français, les Allemands et les Italiens ont des cultures différentes, c’est que le fait que les uns parlent français et les autres allemand ou italien aide à les différencier et à empêcher des amalgames ou des convergences.  Toutefois, des cultures différentes peuvent subsister malgré une langue commune.  Par exemple, les Anglais et les Américains ont des cultures profondément différentes, bien qu’ils parlent tous anglais.  G.B. Shaw a dit : « l’Angleterre et l’Amérique sont deux pays divisés par une langue commune ».  Qu’est-ce que Shaw (qui était Irlandais) a voulu dire par cette boutade ?  Que les deux pays ont des cultures distinctes.

Et la gestion interculturelle, ou le management interculturel, dans tout cela ? Il s’agit de « gérer par-delà les frontières », ce qui peut être un vrai défi pas seulement pour les grandes entreprises multinationales mais pour toutes celles qui ont une filiale, ou un partenariat ou des clients à l’étranger. Des problèmes de communication surgissent inévitablement qui sont presque toujours des problèmes de compréhension culturelle. Les gens d’affaires croient trop souvent qu’en parlant anglais, cette « no-man’s langue », on résout le problème de la communication internationale. Hélas ! ce n’est pas si simple. Là ou la langue se tait, la culture commence, et « ça va sans dire ». Malheureusement ! Il faudra en toute probabilité une fine analyse culturelle pour faciliter la communication – et les affaires.

Journalisme

Térence MacNamee travaille comme journaliste libre. Il écrit et publie en plusieurs langues. Le plus souvent, ses contributions font valoir son expérience et ses connaissances dans le domaine des langues et des cultures.

Traduction

Térence MacNamee est un traducteur expérimenté dans plusieurs domaines, de la rédaction technique jusqu’au journalisme. Il traduit du français, de l’allemand et de l’italien vers l’anglais.  Il s’est spécialisé plus récemment dans le domaine de la traduction culturellement sensible, c’est à dire le type de traduction qui exige non seulement une bonne connaissance des langues en cause, mais aussi des cultures y relatives. Les textes d’affaires ont besoin souvent non seulement d’une traduction en anglais, mais d’une adaptation culturelle, sinon ils risquent de frapper le lecteur comme péremptoires, arrogants, ou excessivement émotionnels selon le cas. Notons également que les traductions en anglais sont souvent dirigées vers des non Anglophones, surtout en Asie; ce qui exige une sensibilité culturelle particulièrement nuancée, vu que le traducteur travaille non seulement avec deux langues mais avec (au moins) trois cultures.